Quel avenir pour Trump? L’entreprise familiale attend son retour.

What’s Next for Trump? Family Business Awaits His Return

[ad_1]

L’entreprise nie toute malversation, mais elle pourrait rechigner à fournir aux enquêteurs de nouveaux contrats à passer au peigne fin. Eric Trump, qui dirige l’entreprise avec son frère Donald Jr., a dénoncé l’année dernière les enquêtes des Démocrates et des médias comme étant l’une des raisons principales de la suspension du projet d’ouverture d’une nouvelle chaîne d’hôtels.

De telles enquêtes pourraient également donner une publicité négative à l’entreprise alors qu’elle cherche à se développer.

Ces quatre dernières années, Bobby R. Burchfield, un avocat de Washington, a servi de conseiller éthique pour la Trump Organization, passant en revue les contrats et partenaires potentiels. Ces examens ont rendu difficile la réussite de certains d’entre eux, alors que d’autres étaient dissuadés par le fait d’être sous le feu des projecteurs.

Cette surveillance va maintenant se relâcher, ouvrant la voie à de nouveaux partenaires.

Et avec plus de $300 millions de dettes à rembourser pour lesquelles le Président s’est porté personnellement garant, il y a urgence à trouver de nouveaux contrats pour la Trump Organization. Par ailleurs, une décision négative dans la bataille qui l’oppose au IRS, le service des impôts américain, concernant un audit, pourrait lui coûter plus de $100 millions, selon des informations du New York Times datant de septembre.

Certaines des propriétés les plus rentables de M. Trump se situent dans des fiefs démocrates comme New York et Chicago, où il reste extrêmement impopulaire. Et son club de Golf à Doral en Floride, qui lui rapporte le plus, subit de grosses pertes car bon nombre d’entreprises et organisations renoncent à y organiser leurs conférences en raison de l’aspect clivant de son personnage.

Au cours de sa présidence, M. Trump a tenté de combler le vide, au moins en partie, par des événements organisés à ses propriétés par des groupes liés à lui et au parti Républicain. L’hôtel Trump International près de la Maison Blanche grouille souvent d’alliés du président.

Il est difficile de savoir si cette clientèle va continuer à affluer, ou si les détracteurs de M. Trump reviendront dans ses propriétés une fois qu’il aura quitté le pouvoir. Par ailleurs, cette année a été dure pour l’industrie hôtelière en raison de la pandémie, tout comme pour l’immobilier commercial. Les deux secteurs sont centraux au portefeuille d’activités de M. Trump.

[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *